Les marionnettes

La manipulation

Le marionnettiste par son métier, sa sensibilité et son habileté donne une âme à la marionnette en la faisant respirer, bouger et parler.

Technique de jeu

Les Croquettes utilisent principalement des marionnettes de table, appelées ainsi parce qu'elles se jouent à la hauteur d'une table.

Pour actionner la main de la marionnette, la marionnettiste glisse une main dans la manche de l'habit de la marionnette. La tête et le corps bougent grâce à un bâton fixé à l'arrière de la tête.

Les Croquettes évoluent habillées et cagoulées de noir sur un fond noir pour être le moins visible possible.

Autres techniques utilisées

Marionnettes à tiges
Les tiges soutiennent le corps et les mains de la marionnette. Les Croquettes utilisent cette technique pour des mouvements amples dans l'espace comme le vol des nounours par exemple.
Animaux, monstres, personnages imaginaires peuvent être créés en mousse, en feutre, en papier mâché.

Figurines d'ombres chinoises
C'est la projection de l'ombre de figurines en carton qui peuvent être articulées. La source lumineuse est placée derrière un tissus (écran)

Silhouettes articulées
Elles permettent d'évoquer des déplacements, par exemple à dos de dromadaire

Construction des marionnettes


Pierre Monnerat

Claudia Zufferey 

Teresa Benson

Les vêtements et les chaussures

Le thème du spectacle, le lieu, l'époque déterminent le choix des textiles, les couleurs, les formes, les coupes, les matières. Les costumes sont réalisés au sein de la Cie.

Eternelle fascination de la marionnette 

Le pouvoir de fascination de cette technique théâtrale, d'une grande diversité, présente dans de nombreux pays, provient de ce qu'elle devient vivante en s'animant, qu'elle métamorphose, s'envole, etc.
Par sa puissance de suggestion, sa mobilité, ses possibilités de figuration, elle appelle chez le spectateur, particulièrement l'enfant une vraie participation émotionnelle: joie, tristesse, peurs.
De tout temps, elle joue un rôle important dans l'éveil de la personnalité.
Ses nombreuses possibilités en font un art mystérieux, poétique, fantastique.

"Ce qui frappe à chaque fois: la facilité avec laquelle les marionnettes réussissent à représenter des êtres surnaturels, un gnome, un lutin, des monstres et des fées, des dragons, des sylphides et tout ce que désire la nature. Il n'y a qu'une possibilité: la poésie, c'est son seul domaine".

Max Frisch, Journal 1946-1949